Dans les trois grandes régions de l’Ouest (Bretagne, Basse-Normandie et Pays de la Loire), on constate qu’en 2020, les prix médians* au m² de l’immobilier ont largement augmenté, dans les métropoles mais également sur le littoral. Une flambée des prix due à l’ « effet covid ».

Une augmentation des prix dans les grandes villes

La pression de la demande reste forte dans les métropoles de Rennes, Nantes et Brest, d’autant que la construction neuve n’est pas suffisante pour contenter la demande.

Pour les appartements anciens, les prix sont ainsi en hausse de près de 15 % sur un an à Rennes et Brest et de près de 13 % à Nantes, avec des prix médians au m² respectifs de 3.270 €, et 1.510 € et 3.650 €.

Pour les appartements neufs dans le centre-ville de Rennes on peut même observer des prix supérieurs à 6.000 € le m².

Pour les maisons anciennes, le budget médian tourne autour de 350.000 € à Rennes et sa première couronne (+10 % sur un an).

Une hausse plus importante sur les appartements que sur les maisons

Par rapport à 2019, le prix médian au m² a augmenté de 4,8 % pour les maisons et de 20 % pour les appartements. 

Le top 3 des villes bretonnes qui ont subis la plus forte augmentation sur les appartements sont Dinan (+33,5 %), Brest (+28 %) et Cesson-Sévigné (+22 %).

 

La flambée du littoral breton

Si chaque année au printemps, on observe une demande croissante des résidences secondaires en bord de mer, la pandémie et la démocratisation du télétravail ont joué un rôle clé dans la croissance des ventes. On parle d’« effet covid ».

Sur le littoral, les notaires énumèrent des hausses de prix sur un an de + 10 % à La Baule, +12 % à Roscoff, +13 % à Pléneuf-Val-André, +15 % à Concarneau comme sur la Presqu’île de Quiberon, +17 % à Crozon, +18 % à Trégastel, Pornic et Saint-Malo.

1 acquéreur sur 3 sur le littoral Breton est francilien

La Bretagne a vu affluer de nouveaux acquéreurs d’Ile-de-France au pouvoir d’achat généralement élevé.

Le phénomène n’est cependant pas totalement neuf puisque de nouvelles dessertes ferroviaires ont facilité ces accès avec notamment la ligne TGV Bretagne-Pays de la Loire qui relie Paris et Rennes en 1h30 avec 45 minutes supplémentaires pour se rendre jusqu’à Saint-Malo. La conséquence de cet engouement participe à assécher l’offre de biens disponibles et provoque cependant de fortes hausses des prix depuis l’an dernier.

L’ « effet Covid » a surtout augmenté l’appétit des Franciliens pour le littoral avec des clients qui recherchent plus d’espace extérieur mais aussi intérieur avec un meilleur confort pour occuper sa résidence plus longtemps.

 

*Le prix médian est celui qui indique que la moitié des transactions ont été effectuées à un prix inférieur et l’autre moitié à un prix supérieur)

 

Sources : lesechos.fr, ouestfrance-immo.com