Les plantes peuvent être un véritable objet de décoration et amener un peu de nature dans nos intérieurs. Lesquelles préférer quand on pense ne pas avoir la main verte par exemple ? Peut-on en disposer dans toutes les pièces ? imoja vous donne son avis et en profite pour faire la nique aux fausses théories !

Les plantes « grand format »

Les plantes « grand format » sont de véritables objets de décoration. Elles font entrer la nature dans votre logement et mettent une touche de sérénité, de vivant au cœur de votre intérieur. Assorties à un cache pot tendance (en 2021, place aux fibres naturelles, paniers, osier …), elles tiennent leur place et grandiront si elles sont bien exposées, rempotées régulièrement et arrosées en fonction de leurs besoins. Le Philodendron Monstera Deliciosa est majestueux, trouvez-lui une place près d’une fenêtre mais sans lumière directe et attendez que le terreau soit sec pour arroser. La Calathéa Orbifolia est une plante aux belles feuilles et qui apprécie les zones ombragées. Le Ficus Lyrata est également une très belle plante d’intérieur, appréciée pour son beau feuillage vert, coriace et brillant.

Les plantes peu exigeantes

Certaines variétés de plantes ne demandent à être arrosées que tous les 10 à 15 jours. Une aubaine pour celles et ceux qui manquent de rigueur à ce sujet. On peut citer par exemple l’Aloe Vera, les Cactus et les succulentes. Ces dernières plus communément appelées « plantes grasses » sont très simples à entretenir. Elles sont également plutôt robustes et s’adaptent à quasi tous les environnements. Préférez toutefois un endroit lumineux et faites votre marché : Crassula, Pilea Peperomioide, Haworthia, Echeveria, etc. Vous pouvez les aligner en petites pots sur le rebord d’une fenêtre, par exemple ou les mélanger dans une plus grande jardinière et opter pour un assortiment de teintes qui sera du plus bel effet !

 

La vérité sur les plantes dépolluantes

De nombreux articles conseillent certaines plantes d’intérieur pour leurs vertus dépolluantes et assainissantes. Les cactus, par exemple, bloqueraient les ondes émises par le WIFI ? Qu’en est-il réellement ? Le programme de recherche PHYTAIR, mené de 2004 à 2011 a clairement mis en évidence que les plantes vertes, quelles qu’elles soient, ne permettent pas d’assainir l’air du logement. En conditions réelles, c’est-à-dire dans le logement, les plantes vertes ne dépolluent pas l’air intérieur. Autrement dit, l’aération et la ventilation restent bien plus efficaces que l’épuration par les plantes. Par conséquent, l’ADEME considère que l’argument «plantes dépolluantes » n’est pas validé scientifiquement. En matière d’amélioration de la qualité de l’air intérieur, la priorité reste la prévention et la limitation des sources de pollution (entretenir les chauffe eaux et chaudières, réduire l’utilisation de produits chimiques ménagers,…) accompagnées d’une ventilation ou plus généralement d’une aération des locaux (entretien du système de ventilation, ne pas bloquer les orifices d’aération, ouvrir les fenêtres tous les jours quelques minutes,…).

Source ADEME