Le prix de l’énergie a connu une forte hausse en 2021. Comment ces hausses impactent-elles le budget des ménages ? Quelles sont les prévisions pour 2022 ? Quelles sont les causes de l’envolée des tarifs ? 

Quelle part dans le budget des ménages ?

Selon les chiffres de l’INSEE, la part du budget liée aux dépenses énergétiques a augmenté en moyenne de 30€ par mois en octobre 2021 par rapport à 2019. En 2019, les ménages ont dépensé en moyenne 1 602€ en énergie pour leur logement, dont 944€ en électricité, 380€ en gaz naturel, 183€ en produits pétroliers, 52€ en bois et 42€ en chaleur distribuée par réseau. Ces dépenses ont vocation à augmenter dans les années à venir. Preuve, si il en fallait une que la transition énergétique est au cœur des enjeux de demain.

Quelle hausse prévue en 2022 ?

Le gaz a connu une hausse importante de ses tarifs en 2021, 10 % en juillet, 5 % en août, 8,5 % en septembre et 12,5 % en octobre. Ainsi, le montant mensuel aurait augmenté de 57 % depuis le début de l’année 2021. Quant aux prix de l’électricité, moins spectaculaires, ils ont tout de même augmenté de 1,6 % en février et de 0,48 % en août.

Le gaz

La hausse inédite des tarifs du gaz a alerté le Gouvernement qui a décidé de stopper cette envolée en annonçant un « bouclier tarifaire ». Ce dispositif permet de geler les tarifs réglementés du gaz jusqu’au printemps 2022. L’objectif est d’éviter de nouvelles hausses de tarifs durant cette période.

L’électricité

Quant à l’électricité, les prix continuent de flamber sur les marchés, ce qui laisse présager une très forte augmentation, de l’ordre de 10 %, dès février 2022. Toutefois, le gouvernement a annoncé un plafonnement de la hausse des prix à 4 % jusqu’en février 2023. Ainsi le prix de l’électricité n’augmentera que de 4 % le 1er février 2022.

Pourquoi ?

Les sources d’énergie fossiles (gaz, pétrole, charbon) sont les matières premières les plus critiques, ce sont des “réservoirs” que l’on vide et qui ne se remplissent pas aussi vite. On appelle « énergie fossile » l’énergie produite par la combustion du charbon, du pétrole ou du gaz naturel. Ces combustibles, riches en carbone et hydrogène, sont issus de la transformation de matières organiques enfouies dans le sol pendant des millions d’années (d’où le terme « fossiles »). Ce sont des énergies non renouvelables puisqu’une fois utilisées, elles ne peuvent être reconstituées qu’à l’échelle des temps géologiques. Les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) restent indispensables pour assurer les transports, la production d’électricité, le chauffage, le fonctionnement des usines… Mais elles sont la cause principale des émissions de CO2 qui entraîne un réchauffement de la planète et leurs réserves, même si elles sont encore vastes, ne sont pas inépuisables, contrairement aux énergies renouvelables.
Une large partie de l’électricité étant produite avec des énergies fossiles, dont le gaz, l’augmentation des prix de ce dernier impacte nécessairement le coût de production de l’électricité, et donc ses tarifs. Le prix du MWh sur le marché de gros européen a ainsi fortement augmenté et restait souvent supérieur à 100€/MWh vers la fin de l’été 2021, alors que la moyenne 2020 se situait davantage aux alentours de 46€/MWh.

 

Le saviez-vous ?

Les énergies fossiles représentent plus de 80 % des sources d’énergie utilisées sur Terre

♦ Aujourd’hui, l’énergie que nous consommons provient à 33 % du pétrole, 27 % du charbon, 20 % du gaz et 6 % de l’uranium

♦ En France, nous importons 98 % du gaz que nous consommons (de Norvège, des Pays-Bas, d’Algérie, de Russie)

♦ En France, nous importons 98,5 % du pétrole que nous consommons (d’Afrique, des pays de l’ex-URSS, du Moyen-Orient et de la mer du Nord)

♦ En France, nous importons 100 % de notre charbon d’Australie, des États-Unis, d’Afrique du Sud et de Colombie

 

Sources : https ://www.mtaterre.fr/les-energies-fossiles / https ://www.planete-energies.com/fr/medias/decryptages/les-energies-fossileshttps ://www.precarite-energie.org/chiffres-cles-de-lenergie-2/